Nouvelle preuve que le lait de vache augmenterait le risque de diabète de type 1

http://www.lanutrition.fr/bien-dans-son-assiette/aliments/produits-laitiers/nouvelle-preuve-que-le-lait-de-vache-augmenterait-le-risque-de-diabete-de-type-1.html

  • Une nouvelle étude montre que les protéines de lait augmentent le risque de diabète chez les jeunes enfants.
  • Il s’agit cette fois d’une étude d’intervention et non plus d’une relation statistique.

Après la récente diffusion du magazine d’enquête « C’est notre affaire » sur France 5 présenté par Claire Fournier sur le thème du lait, Thierry Souccar avait réagi au manque de sérieux et au caractère partisan de la mise en scène qui faisait la part belle à des experts (ou présentés comme tels) brillant plus par leurs conflits d’intérêts que par leur connaissance du sujet (voir la lettre de Thierry Souccar en cliquant ici).

Une nouvelle étude vient contredire l’expert cité par France 5, le Dr Tounian, qui dans cette émission affirme que le lait de vache n’a aucune responsabilité dans le risque de diabète. Il s’agit d’une étude d’intervention menée par des chercheurs finlandais. Elle montre que les formules de lait infantile à base de lait de vache augmentent le risque de réactions auto-immunes, prémice au développement du diabète de type 1.

Dans cette étude, intitulée « FINDIA », les chercheurs ont suivi 1113 enfants Finlandais entre le 15 Mai 2002 et le 22 Novembre 2005. Tous les enfants suivis présentaient des gènes HLA qui augmentaient leur susceptibilité génétique au développement du diabète de type 1, un diabète qui apparaît généralement dans l’enfance (avant l’âge de 10 ans) et qui se caractérise par la production d’auto-anticorps qui s’attaquent aux cellules du pancréas, empêchant alors la production d’insuline, nécessaire pour maintenir un taux de sucre normal dans le sang. Le traitement consiste en l’utilisation d’insuline pharmaceutique, à vie.

Les enfants ont été assignés de manière randomisée (au hasard) et en double-aveugle (ni les enfants ni les médecins ne savaient qui recevait l’une ou l’autre des interventions) à recevoir pendant les 6 premiers mois de vie soit :

  • Une formule standard à base de lait de vache
  • Une formule à base de whey hydrolysée
  • Une formule à base de whey exempte d’insuline bovine

La whey est une protéine laitière (protéine de petit lait, lactosérum), présente à 20% dans le lait, les 80% restants sont représentés par la caséine. Le processus d’hydrolyse consiste à découper les protéines en petits morceaux, comme si elles étaient prédigérées. Cette technique a plusieurs avantages et permet notamment de diminuer les risques d’allergies, les protéines n’ayant plus la même forme. Les chercheurs avaient déjà montré qu’une formule de caséine hydrolysée diminuait le risque de réaction auto-immune (2) comparativement à la caséine intacte.

A 3 mois, 6 mois, 1 an, 2 ans et 3 ans, les chercheurs ont évalué l’état de santé des enfants et ont mesuré la présence d’auto-anticorps dirigés contre l’insuline ou d’autres protéines annonciatrices du développement de la réaction immunitaire à l’origine du diabète de type 1.

Résultats : Comparativement à la formule classique à base de lait de vache, l’utilisation de la whey hydrolysée a diminué le risque d’auto-immunité de 25% et l’utilisation de whey sans insuline bovine a diminué le risque de 61%. Cette étude confirme, après de nombreuses autres conduites depuis plus de vingt ans, que les protéines laitières jouent un rôle dans la réponse immunitaire naturelle et peuvent présenter des dangers pour la santé, comme le souligne Thierry Souccar dans son livre « Lait, Mensonges et Propagande« .

Ce qui ne va pas dans les produits laitiers : les produits laitiers sont soupçonnés depuis longtemps de poser un certain nombre de problèmes et notamment d’augmenter les risques de maladie auto-immune, de cancer de la prostate chez l’homme, de cancer des ovaires chez la femme, de maladie de Parkinson dans les deux sexes. Mais c’est aussi le contraste entre les bénéfices annoncés par la consommation de produits laitiers et la réalité qui pose problème. Notamment, un régime riche en laitages ou en calcium laitier pourrait certes réduire le risque de cancer colorectal mais ne protège pas des fractures ou de l’ostéoporose. Les raisons pour lesquelles les produits laitiers pourraient être nocifs sont multiples. Consommés à raison de 3 ou 4 par jour et plus, les laitages apporteraient notamment trop de pesticides (laitages entiers), de protéines antigéniques, de calcium, d’hormones (estrogènes, insuline) et de facteurs de croissance. Dans cette étude c’est l’insuline bovine qui est identifiée comme facteur contributeur au développement du diabète de type 1. L’insuline bovine est naturellement présente dans le lait et a comme caractéristique d’être très proche structurellement de l’insuline humaine, ne différant que par trois acides aminés. Cette faible distinction pourrait être à l’origine d’une réaction immunitaire croisée : l’organisme reconnaîtrait dans un premier temps l’insuline bovine comme antigénique et tenterait donc de la détruire. Puis, le système immunitaire finirait par confondre l’insuline bovine humaine et l’insuline humaine pour s’attaquer à nos propres cellules et engendrer plus tard le diabète de type 1. Pour les jeunes enfants, l’allaitement maternel est celui qui convient le mieux. Des études ont notamment montré que l’allaitement améliore le développement mental des enfantsdiminue le risque d’asthmediminue le risque de troubles du comportement,améliore les défenses immunitaire et diminue les allergies. Des différences peut-être explicables par les nombreuses distinctions nutritionnelles entre le lait maternel humain et le lait de vache : voir le comparatif. Par ailleurs, les mères qui allaitent peuvent également en faire bénéficier leur santé (à lire ici).

Retrouvez une interview exclusive du chercheur à l’origine de l’étude en cliquant ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s