Le lait : de la colle, des hormones et du pus…

 

 source : http://mutien.com/site_officiel/?p=12586

 

 

 

 

 

 

On ne peut aborder ce sujet sans parler de Robert Cohen, surnommé aux USA, « l’homme anti-lait ».
Il a écrit l’un des livres les plus fascinants et les plus documentés sur ce sujet : MILK,
The deadly poison (« Le lait, poison mortel »), qui a fait grand bruit aux USA (pas encore traduit en français). Dans sa dédicace, il s’adresse à « toutes les personnes dans le monde qui souffrent de toutes sortes de troubles de santé sans être conscients de l’origine alimentaire de leurs maux. Puissent-elles découvrir que la fontaine de jeunesse, pour elles, leurs enfants et les générations futures, pourrait bien venir du simple fait d’éliminer le lait de leur vie ! »

Une tachycardie en 20 minutes !

Je fais partie de ceux-là….avec une tachycardie à la clef dans les 20 minutes qui suivent. Mais ces 10% d’intolérants aux laits ne sont pas tous comme moi. Bien souvent, ils ont la chance d’avoir un organisme encore vigilant, avec des alarmes qui fonctionnent. Plus on est encrassé et moins ces alarmes réagissent, et le problème de ces personnes est qu’elles n’ont plus aucun moyen pour faire le rapport entre ce qu’elles absorbent et leurs paquets de misères physiques qui, en outre, comme les fuites d’eau s’aggravent sans cesse avec le temps. Il suffit de voyager et d’observer les gens pour constater que dans les pays où les produits laitiers ne sont pas dans la coutume (il y en a de moins en moins), on ne trouve pratiquement pas de cas de problèmes de calcium osseux, pas de cancers du sein ni de la prostate.

Parlons un peu des bébés :

De nombreux bébés sont maintenant violemment allergiques aux laits en poudre pour biberons et les pédiatres font changer de marque….. et c’est pareil ; le nourrisson se prend un bel eczéma  que le médecin va s’appliquer à faire rentrer avec ….un corticoïde qui va transformer l’eczéma en asthme (beaucoup plus grave) – et tout cela à partir d’un enfant qui était en parfaite santé et qui avait simplement le tort d’essayer d’éliminer le poison avec lequel on le nourrit.
Mais alors, qu’en est-il des bébés qui réagissent aussi au lait du sein de leur mère ? Peut –être leur faudrait-il changer de mère ( je veux dire de nourrice) ; car rappelez-vous que tout ce que la mère consomme passe dans le sein. Si la mère consomme des épinards son lait est aux épinards, des carottes, du lait à la carotte, et du lait de vache (pourri)….. !
A noter que j’ai vu des bébés allergiques à tout produit laitier quel qu’il soit et qui ont parfaitement poussé sans problèmes avec des purées de légumes.

Les vaches à lait sont des vaches malades !

La multinationale Monsanto a produit une hormone de croissance destinée à augmenter la production de lait. Grâce à ses bénéfices colossaux, elle a pu soudoyer les autorités sanitaires et politiques pour qu’elles laissent mettre sur le marché ce produit sans avoir évalué sa toxicité !

Les éleveurs auxquels on a imposé cette hormone de croissance se sont retrouvés avec des vaches qui produisaient 40 à 50 litres de lait par jour (auparavant, elles en donnaient au plus 14 litres). Il a fallu traficoter génétiquement un nouveau type de vaches, les Holstein, avec les pattes plus longues afin qu’elles ne se marchent pas sur les pis ; les pauvres bêtes ne pourraient pas suivre sur le plan alimentaire, même en broutant 24 h sur 24 si l’on ne les complémentait pas avec des farines. A savoir qu’une vache normale vit 25 à 30 ans, et celles-là sont usées à la corde en…..7 à 8 ans.

Par ailleurs ces vaches sont sujettes à de  nombreuses infections, si bien que l’on a dû utiliser des antibiotiques en quantité. Les taux d’antibiotiques dans le lait sont 100 fois plus élevés qu’il y a 25 ans et les autorités sanitaires se sont contentées d’élever les normes limites autorisées. Aux USA, sur les 23 000 tonnes d’antibiotiques fabriqués chaque année, près de la moitié est utilisée pour le bétail. Il est hallucinant de constater qu’aux USA 80% des vaches souffrent de leucémie. Alors, comment le lait de ces vaches peut-il être sans danger pour l’homme ?

Le cancer du lait

Quand les études scientifiques ont montré que cette hormone de croissance stimulait chez l’homme le développement de cancers lymphatiques, l’association des médecins américains, l’O.M.S et les autorités sanitaires ont préféré fermer les yeux car les intérêts économiques passent avant la santé des populations. Depuis 1994, année où l’hormone de croissance obtenue par génie génétique fut autorisée pour stimuler la production des vaches laitières, une véritable épidémie de cancers lymphatiques a frappé les USA. Ce type de cancer, rare jusqu’alors, tue plus que les cancers du sein, de la prostate, du pancréas et des organes génitaux réunis. Les citoyens américains sont devenus, sans le savoir, des cobayes qui absorbent de l’hormone de croissance à travers les produits laitiers qu’ils consomment.

Hormones de croissance, on l’a échappé belle !

Pourtant l’Europe a résisté et, malgré la pression des multinationales américaines (notamment le dossier fourni par Monsanto qui ne comptait pas moins de 23 000 pages) la commission du Marché Commun qui a étudié la question a refusé l’utilisation de l’hormone de croissance car elle estimait que les preuves de son innocuité n’étaient pas suffisantes. Avec la passion d’un détective, Cohen, « l’homme anti-lait », révèle ce qui nous attendait sinon : « Alors qu’aux USA, du temps de nos parents, une femme sur 20 était atteinte de cancer du sein, aujourd’hui une femme sur 3 est touchée ! Quand on pense aux milliers d’enfants souffrant de leucémie et traités par des chimiothérapies hypertoxiques, on a le coeur brisé devant tant de mépris de la santé publique.

Tout bien pesé, la différence n’est pas si notable avec la France, une partie de ce lait aux hormones serait-il arrivé chez nous par l’intermédiaire de produits transformés ?

Nota : En cas de cancer, la première chose à supprimer TOTALEMENT, ce sont les produits laitiers, puisqu’ils sont bourrés d’hormones de croissance. Espérer une guérison sans cette suppression draconienne est une utopie qui semble ignorée de la plupart des médecins.

Anémiques ou diabétiques à cause du lait !

La cause la plus fréquente de l’anémie est un manque de fer. Or la consommation de lait entraîne souvent des saignements de la muqueuse intestinale, par un phénomène de réaction allergique aux protéines du lait, ce qui fait perdre beaucoup d’hémoglobine.
Et par conséquent, on remarque cette anémie par perte de fer chez un tiers des enfants nourris au lait de vache, alors que ceux nourris au lait maternel n’en souffrent pas.

On a pu aussi lire dans le New England Journal of Medicine,dès juillet 1992 : « Des études ont suggéré que les protéines du lait pourraient jouer un rôle dans l’apparition du diabète chez l’homme. Les patients diabétiques insulino-dépendants produisent des anticorps contre les protéines du lait qui participent au dysfonctionnement des îlots de Langerhans, dans le pancréas, centre de fabrication de l’insuline. Il s’agit d’une réaction auto-immune ».
Le véritable problème à la base du développement du diabète est l’énorme quantité de graisses contenue dans l’alimentation occidentale, à cause de la viande, et des produits laitiers
Des expériences faites avec des étudiants en médecine ont montré qu’en une semaine à peine d’alimentation très riche en graisse, 50% des étudiants étaient devenus diabétiques.

Tous collés à la caséine !

Près de 80 % des protéines du lait et du fromage sont constituées de caséine, qui est une puissante colle, celle qui fait notamment tenir les étiquettes sur les bouteilles de bière.
Essayez d’arracher une des ces étiquettes et vous verrez la force de cette colle ! On utilise aussi la caséine pour coller les meubles, et nos grands parents s’en servaient pour coller les papiers peints ! Pensez à ce que cette colle peut provoquer dans votre organisme. Comme la caséine est une protéine étrangère, le corps crée des anticorps pour la neutraliser. Cette réaction antigène/anticorps fait sécréter de l’histamine et engendre une intense production de mucus, voire de pus, et surtout d’inflammations (sinusites otites, bronchites, maladies en ite….). De nombreux chercheurs pensent que la caséine est la principale substance responsable des inflammations articulaires que l’on voit dans les arthrites rhumatoïdes. Cela expliquerait pourquoi la suppression de tout produit laitier permet la plupart du temps le soulagement rapide de ces affections.
Depuis des années, je préconise, pour nettoyer les colloïdes laitiers du système lymphatique, du CALCAIRE DE VERSAILLES 8 DH (en pharmacie) – 1 ampoule au lever.

Et le calcium ?

Une croyance bien enracinée !

Le calcium du lait se métabolise mal chez les adultes, aussi a-t-il tendance à se déposer d’une façon désordonnée un peu n’importe où dans les coins tranquilles, plutôt que là où il faut – c’est ainsi que se développent des exostoses, des becs de perroquet, et même la maladie de Paget où le calcium de la colonne vertébrale migre vers l’aorte par un phénomène électrolytique.

Alors où donc trouver le précieux calcium ?

Mais dans tous les légumes !!!

Il y en a partout !

Il y a près de 25 ans que je suis devenu intolérant aux produits laitiers et je n’ai aucun problème de calcification et aucun problème arthrosique. Je ne connais d’ailleurs pas de végétariens qui aient un problème de calcium.

En résumé : arrêtez de croire aveuglément ce que vous dit la télé et ce que votre médecin (1) vous répète comme un perroquet.

Michel Dogna

– Source –

* * *

(1) petite remarque perso > Saviez vous que l’organisme OMS recommande maximum un produit laitier par jour ?
Pourtant chez nos voisins français ils disent (les merdias) qu’il faut en consommer 3 par jour et bien entendu, les moutons répètent ce gros mensonges.

Savez-vous pourquoi ?

Le lobby du lait est le plus puissant en France, il dépense en fausses propagandes et pots de vin plus de 500 millions d’Euros par an !!!

De plus, si vous lisez mes articles, vous savez certainement que le lait, ce sont les américains qui ont lancé cette propagande à la fin de la seconde guerre mondiale.

Tiens, ça me rappel que ce sont déjà les USA qui ont importé les boucherie partout dans les campagnes européenne et le résultat a été super. Enfin quand je dis super, c’est surtout pour les marchands de la mort > Les médecins ! Et oui, ils ont vu leur clientèle augmenter de 80% !

De ce fait, il n’est pas étonnant que ces vendus fassent de la pub pour le lait et la viande, c’est leurs premières sources de maladies !!!

 

Dr André Gernez: Le Scandale du Siècle – Il guérit le cancer, l’Etat censure sa découverte !

source : http://actuwiki.fr/2/1900/

INTRODUCTION :

Qui est le docteur André Gernez ?

André Gernez, né le 25 janvier 1923 à Avesnes-les-Aubert.Il devient bachelier à quinze ans et docteur en médecine à vingt-deux ans. Après la Deuxième Guerre mondiale, il devient attaché à Paris auprès de la fondation française contre le cancer, l’Institut Curie.De 1946 à 1949, ses recherches portent sur le syndrome de Plummer-Vinson également appelé Brown-Kelly-Paterson), fréquent en Suède. La particularité de cette maladie est de concerner des cellules cancéreuses qui disparaissent si on lui applique une procédure simple. Mandaté par le professeur Porcher (membre puis secrétaire perpétuel de l’Académie de Médecine), Gernez étudie cette affection en Angleterre (Radcliff’s, Oxford), en Suède (Karolinska, Stockholm), aux États-Unis (Presbyterian Hospital, New York), puis au Canada : il signale à la communauté médicale cette observation capitale qui consiste à empêcher un cancer d’apparaitre en intervenant à son stade précoce.De 1950 à 1976, le docteur André Gernez vient travailler à Lille comme chef de travaux de radiologie puis établit son cabinet de radiologie à Roubaix. (Source : Wikipedia)
23 décembre 1971 : les américains lancent le plan anti-cancer. Le conseiller du Président Nixon, John Rooney, annonce à toute la presse qu’en 1976, date du bicentenaire de l’indépendance, la victoire sur le cancer serait totale. Fanfaronnade électorale ? Non. Cette déclaration s’appuie sur les découvertes du Docteur André Gernez, médecin français cancérologue et histopathologiste. Une étude INSERM démontre dès 1971 que le cancer peut être évité dans 93% des cas.

Fin des années 60 le Docteur André Gernez crée son groupe de Biologie: UBI (Union Biologique Internationale). Ses collaborateurs sont : Pr Gellé, Docteur Delahousse, Pr Nihous, Docteur J.Lacaze, Docteur J.P Willem, Docteur M. Dumont, Docteur Deston.
À partir de 1967, André Gernez révolutionne les principes fondamentaux de la biologie. Le Docteur Gernez est en mesure aujourd’hui de contrôler diverses pathologies (le cancer, l’Athéromatose, la sclérose en plaques, la schizophrénie, la myopathie de Duchenne, l’Asthme et l’allergie, le Psoriasis, le Parkinson, l’Alzheimer…). Plus de quarante ans plus tard, la plupart de ses théories sont reconnues au niveau mondial, sans jamais que son nom ne soit cité.

Le protocole du Docteur Gernez :

Biographie des intervenants :

Docteur ANDRE GERNEZ
Ancien médecin-chef à l’hôpital de Roubaix. En 1944, à 21 ans il est médecin. Ses travaux en biologie et cancérologie l’amènent à poser des postulats nouveaux.
1966 il revisite le principe fondamental de la biologie cellulaire.
1971 une étude de INSERM confirme sa théorie de prévention Active du cancer.
En 1979 il reçoit le prix Hans Adalbert Schweigart pour sa découverte sur « la théorie unifiée du cancer » le jury est composé de 40 prix Nobel.
Auteur de Néo-postulats biologiques et pathogéniques, La Carcinogénèse mécanisme et prévention
1969, Le Cancer dynamique et éradication 1969, Lois et règles de la Cancérisation 1970.

Docteur JEAN-PIERRE WILLEM
Chirurgien et anthropologue, il a parcouru la planète pendant plus de quarante ans.
Il crée en 1986 la Faculté libre de Médecine Naturelles et d’Ethnomédecine et l’association humanitaire « Médecins aux pieds nus »
Auteur de « Prévenir et vaincre le cancer « .

Docteur PIERRE DELAHOUSSE,
Médecin de Roubaix.
l histoire du sang contaminé n est qu’une peccadille à côté des 4 millions de morts Gernez un secret d’Etat

ARTICLE :
L’équipe du Dr André Gernez » a vaincu le cancer et toutes les principales maladies dégénératives , c est le PASTEUR du 3e millénaire

Le cancer

Pour éviter le cancer, André Gernez préconise un « protocole de prévention active » qui se traduit par une mise en acidose de l’organisme via un jeûne relatif prenant la forme d’une réduction alimentaire pendant trente jours chaque année à partir de l’age de risque qui se situe à la quarantaine. La perte de poids doit être limitée à 1% sur une période de deux semaines pour les personnes âgées de plus de 65 ans, avec renouvellement de la procédure six mois après (soit deux cures annuelles). Gernez estime que le seuil de détection du cancer à 1 milliards de cellules cancéreuses est bien trop éloigné du seuil d’irréversibilité qui se situe à un million de cellules cancéreuses.
Selon une étude réalisée par des chercheurs de l’Inserm sur un échantillon de 13 000 volontaires, la consommation de vitamines et de minéraux antioxydants naturellement présents dans les fruits et légumes ferait baisser d’un tiers le risque de cancer chez les hommes de 45 à 60 ans. Mais le docteur Gernez et le professeur Willem affirment qu’une étude INSERM réalisée sur des souris démontre dès 1971 que le cancer peut être évité dans 93% des cas. En 1969, à la demande de Gernez le professeur René Truhaut de l’INSERM commence à expérimenter le protocole de prévention du cancer sur les animaux. En 1971, Gernez est informé par Gak du succès de l’expérimentation et ce dernier lui demande une grille d’affinement. En 1974, le Professeur Paul Robert Marius Lechat décide de ne pas rendre public les travaux de Gernez, contre l’avis du ministre de la santé Michel Poniatowski.
Gernez préconise un protocole « de prévention active » entre 35 à 75 ans du fait que l’hormone de croissance se tarit. Or, 90 000 nouveaux cancers sont détectés annuellement en France chez les personnes de plus de 75 ans, soit près d’un tiers des cancers en 2005, et 250000 personnes de plus de 75 ans vivent avec un cancer en ayant une espérance de vie de 6 à 7 ans. La part des décès dus aux cancers est passé annuellement de 110000 en 1970 à 150000 en 2004, soit un accroissement de plus de 35% pour les hommes et 43% pour les femmes .
En 2010, aucun de ses protocoles n’ont étrangement été financés ou officiellement commandités par les institutions. Gernez l’explique par le fait que « toutes les institutions sont d’accord ! ». Pressions du lobby de la pharmacie ( 1ere industrie française) de la chimie du corps médical de tous les partis politiques ?

Les enjeux économiques

l’application du protocole ferait reculer la mortalité de 7 ans en moyenne. Il serait le motif de refus de sa publication en raison du plus grand nombre de retraites à payer et également pour l’absence de retombées financières directes de ses découvertes. Les travaux de Gernez, portant notamment sur le cancer et le SIDA, bien que faisant l’objet de controverses, semblent reconnus par les institutions scientifiques. Censuré dans tous les média institutionnels et malgré la suppression de l’agrément pour utiliser sa bombe au cobalt, Gernez publie néanmoins des travaux sur le cancer, la schizophrénie, la myopathie, le parkinsonisme, la maladie d’Alzheimer, le psoriasis, l’asthme, l’allergie et la sclérose en plaques. Ardent défenseur de la prévention des maladies dégénératives, André Gernez a lancé un appel au Comité consultatif national d’éthique pour expérimenter les trois protocoles suivants sur des volontaires : le protocole unifié d’adoptions immunitaires (dit de « transfusion sanguine universelle par adoption immunitaire ») ; le Protocole préventif contre le cancer dit « de prévention active» et le protocole chirurgical curatif visant à tarir l’hormone de croissance par irradiation hypophysaire avec le Gamma Knife. Cette dernière méthode consiste à tarir de l’hormone de croissance par une intervention stéréotaxique dite « Stéréo GIHF » (Stéréo Gammathérapie Intersticielle Hypophysaire Frénatrice) par l’inclusion d’une particule d’or 118 radioactive au niveau de la selle turcique. L’effet est acquis après une latence de 6 à 18 mois.

Athérome

Gernez cite Georges Mathé, selon lequel le régime « Protocole de prévention active » prévient de la dégénérescence artérielle pour 40% chez l’homme et 60% chez la femme.
La schizophrénie
La schizophrénie est donc une pathologie irréversible, fixée organiquement, qui inverse le rapport normal entre l’activité corticale de deux réseaux principal et accessoire. André Gernez précise que la myelinisation du cortex cérébral, qui constitue le réseau principal, est acquise à l’age de dix sept ans et que la maturité du réseau à fibres fines du réseau accessoire ne s’achèvent qu’à l’age de trente à quarante ans. Gernez évoque un risque de schizophrénie qui serait décuplé par la consommation de cannabis, en particulier pour les jeunes mineurs dont le cerveau n’est pas totalement développé.

La myopathie

Pour Gernez, la solution thérapeutique à la myopathie consiste à araser la poussée sécrétoire chez le nourrisson à risque, identifié par une prise de sang de doser l’enzyme CPK. La progestérone présente l’avantage d’être
sans effet sur le tissu leydigien et prolonge l’imprégnation progestative de la grossesse. Son mode d’administration se fait par l’application sur la peau d’un gel à coefficient d’absorption percutanée de 10 à 80%. La maladie de Parkinson La maladie de Parkinson prévaut dans les pays nordiques où la puberté, freinant la sécrétion de la stimuline, survient plus tardivement que dans la zone méditerranéenne où le stock blastique est ainsi économisé.

La sclérose en plaques

Une enquête ministérielle a démontré que la sclérose en plaques n’existe pas chez les hypophysectomisés et les hypophysiolysés. En supprimant la maturation des reliquats terminaux tardifs d’une organogenèse nerveuse qui est extrêmement prolongée chez l’homme, le tarissement de l’hormone de croissance en supprime la cinétique cellulaire et de ce fait même la cinétique du parasitisme viral dont les foyers de sclérose sont les cicatrices.

L’Alzheimer

La solution consiste à inhiber la sécrétion de l’hormone de croissance, stimuline qui active toute cytopoïèse : « Le tarissement prématuré de la réserve de cellules souches aboutit à une atrophie cérébrale qui atteint la formation la plus anciennement organisée : le système limbique, qui détient la mémoire sémantique. ». La somatostatine, freinatrice de l’hormone de croissance, présente un déficit secrétoire corrélé à l’Alzheimer. Mais comme du temps est nécessaire pour banaliser cette procédure, Gernez suggère d’utiliser temporairement des facteurs de protection établis par les statistiques que sont le tabac et la boisson alcoolisée consommée au cours
d’un repas. Ainsi, Gernez estime que le tabagisme offre un taux de protection de 20%, et que l’alimentation accompagnée de vin offre un taux de protection d’environ 50% à 72% selon les statistiques). Tandis que les thérapies classiques visent à éviter la formation de plaques dans le cerveau, Gernez estime que « ces plaques sont des effets et non des causes ». Par conséquent, le traitement de l’alzheimer ne peut être que préventif.

L’asthme et les allergies

Dès 1949, Frank Macfarlane Burnet et Frank Fenner ont publié la constatation de la tolérance immunologique suivant le mois de la naissance. Le risque d’allergies lié à l’accouchement en maternité stérile a été mis en évidence à l’unanimité lors de la conférence internationale de Berlin en 2006. Une intervention est donc légitimée lors de la phase de reconnaissance – tolérance dont bénéficie le nouveau-né dès sa naissance jusqu’à 3 semaines : 30% des accouchements se font désormais à domicile en Hollande depuis 2008. Pour prévenir l’asthme et les allergies, Gernez préconise de mettre en contact le nourrisson, encore protégé par les anticorps de sa mère, avec une pincée de poussière et un mélange de pollens. Protocole entre 3 semaines et 3 mois maximum après la naissance.

La surmortalité masculine

Pour Gernez, la maturation organogénétique se fait plus rapidement chez la femme : ce tarissement de sa division cellulaire plus précoce préserve son stock de cellules souches. A contrario, la plus longue organogenèse de l’homme réduit sa réserve de cellules souches et donc son espérance de vie. Cet écart de l’ordre de 7% se retrouve également dans leur différence de taille.
Références :
– Linquette, Fossati. Précis d’endocrinologie. Masson, 1973, p. 66.
– Christen. Presse Médicale, 25-9-1986.
– Courtial. In Carcinogenèse, 1969. Mémoire Académie des Sciences, 1969.
– Helm. Lille Médical, février 1979.
– De Gennes, Turpin, Heshmati. Mémoire. Masson, 1979.
– Cilad, Dickerman, Welzman. Am. Jal Psychiatry, mars 1983.
– Job, Mollet. Quotidien du Médecin, 12 mai 1987.

Récompenses
1979: André Gernez reçoit le prix « Hans Adalbert Schweigart » de l’Union
mondiale pour la protection de la vie décerné par un conseil scientifique de
40 prix Nobel. Linus Pauling lui remet cette récompense pour ses travaux sur
les pathologies dégénératives le 17/06/79 à Salzbourg en Autriche,
simultanément avec Konrad Lorenz.
2007: Médaille d’or de la société d’encouragement au progrès remise le
19 novembre 2007 au Sénat à Paris.

André Gernez, Un révolutionnaire de la biologie

 

source : http://www.amessi.org/Andre-Gernez-Un-revolutionnaire-de-la-biologie » http://www.amessi.org/Andre-Gernez-Un-revolutionnaire-de-la-biologie

Le cancer sera vaincu… en 1976 ! C’est du moins ce qu’annonçait à toute la presse le conseiller du président Nixon, John Rooney, le 23 décembre 1971, lors du lancement du plan américain anti-cancer. Fanfaronnade électorale ? Non. Cette déclaration s’appuyait sur les découvertes du docteur André Gernez, médecin français cancérologue et physio pathologiste. Voici son histoire.
Né en 1923, bachelier à quinze ans, André Gernez est, à 21 ans, le plus jeune médecin
de France. Nous sommes en 1944. Après un engagement volontaire au service militaire, il intègre le prestigieux Institut français du cancer, la Fondation Curie, à Paris. Domine alors l’approche pasteurienne qui considère la pathologie comme le résultat de l’agression de l’organisme par un prédateur, virus ou microbe. La cancérisation étant envisagée comme la conséquence d’une attaque virale qui finit par déborder la défense immunitaire de l’organisme, on explore la piste vaccinale.
Cette approche paraît d’emblée incohérente à Gernez. En effet, selon lui, le cancéreux ne présente pas de déficience immunitaire, et la voie d’essaimage du cancer est précisément la plus riche en cellules de défense. Cellules cancéreuses et cellules de défense coexistent dans une totale indifférence réciproque à l’intérieur des ganglions lymphatiques. Les cultures de cellules saines, cultivées aseptiquement, se cancérisent couramment.
CHERCHEUR HÉRÉTIQUE
33 NEXUS n°49
mars-avril 2007
André Gernez, Un révolutionnaire de la biologie

Gernez en déduit que la voie pasteurienne est inadaptée et décide d’adopter une démarche différente. Sa recherche porte alors sur une maladie exceptionnelle en France, mais courante en Suède : la maladie de Plummer-Vinson (ou Brown-Kelly- Paterson) une affection précancéreuse de la gorge fréquente chez la femme, qui présente la particularité de disparaître par une thérapeutique extrêmement banale à base de vitamines et de sels ferriques… C’est la pierre de rosette !
On pense à cette époque qu’à partir du moment où une cellule devient cancéreuse, le processus est irréversible. Le cas de la maladie de Plummer-Vinson prouve le contraire, puisque sous l’influence d’une médication aussi simple, le cancer disparaît. C’est à ce moment-là qu’André Gernez pose les bases de ce qu’il appellera la prévention active du cancer (lire « La prévention active selon Gernez », dans notre prochain numéro).

Depuis 1967, André Gernez révolutionne les principes fondamentaux de la biologie. C’est à lui que l’on doit la théorie des cellules souches et la révision des dogmes du double cycle cellulaire ou de la fixité neuronale… Aujourd’hui, la plupart de ses découvertes sont mondialement reconnues, sans que son nom ne soit jamais cité. Selon André Gernez, on peut vaincre des maladies aussi diverses et complexes que le cancer, l’athéromatose, la sclérose en plaques, la schizophrénie, la myopathie de Duchenne, Parkinson, Alzheimer… à condition de changer de paradigme, la biologie cellulaire
reposant depuis des décennies sur une théorie erronée.
CHERCHEUR HÉRÉTIQUE
34 NEXUS n°49
mars-avril 2007

Mandaté par son maître le professeur Pierre Porcher, et alors âgé de 23 ans, Gernez quitte la Fondation Curie et part étudier cette affection en Angleterre (Radcliff’s, Oxford), en Suède (Karolinska Sjukhuset Stockholm) et aux États-Unis (Presbyterian
Hospital, New-York). Il écrit sur cette maladie dans la Presse médicale du 20 avril 1949, et le Paris médical du 13 mai 1949.

Une double conviction naît alors de ses observations : d’une part, à l’inverse de ce que
l’on pense, la cancérisation n’est nullement un processus agressif à l’encontre de l’organisme, mais procède au contraire d’un mécanisme supplétif tout à fait normal, à savoir une hyperplasie compensatrice qui intervient dans une population cellulaire quand celle-ci est incapable de faire face à ses obligations fonctionnelles. Elle mobilise alors des individus cellulaires tarés – des mutants – qui dans les conditions normales sont inviables, de la même manière qu’une armée décimée ou confrontée à un ennemi supérieur en nombre incorpore des individus peu valides qui dans des conditions
normales seraient rejetés dans la réserve ou exclus de l’armée. D’autre part, contrairement à ce que l’on croit, la cellule cancéreuse n’est pas un mutant anarchique d’apparition rare, mais résulte d’un processus constant alors que la cancérisation, elle,
est exceptionnelle.

Repenser les bases de la biologie

L’étude de la maladie de Plummer-Vinson fait naître en Gernez la conviction que le problème du cancer doit être repensé sur les bases d’une nouvelle base biologique. Il constate que le fondement même de la théorie cellulaire, qui régit la biologie, est erroné, ce qui empêche toute solution au problème posé par les maladies dégénératives. Jusqu’à cette époque, et depuis plus d’un siècle, il était admis que la cellule exerce alternativement un rôle fonctionnel et un rôle générateur. En réalité, les cellules qui travaillent et les cellules qui se divisent ne sont pas les mêmes !

Depuis des décennies, on avait analysé des millions de coupes au microscope sans prendre conscience de l’évidence qu’une cellule qui travaille n’est pas génératrice et qu’une cellule génératrice n’est pas fonctionnelle. En raison de cette vision naïvement
anthropomorphique, on a admis, il y a presque deux siècles, que la cellule travaillait et procréait, alternativement, comme les êtres humains qui assument cette double fonction. En réalité, il n’en est rien. De même, dans un essaim d’abeilles, à partir d’œufs identiques, est prise une option irréversible : les unes deviendront reines et procréeront sans travailler, les autres, stériles, seront ouvrières.

Dans des conditions normales, une cellule génératrice se divise en deux cellules filles à la faveur d’une mitose. La première demeure une cellule génératrice et la seconde, ouvrière fonctionnelle mais stérile, devient une cellule sanguine, de muscles ou de peau. Ce qui explique la constance de la masse des populations cellulaires dans les tissus,
autrement dit des parenchymes. Dans le cancer au contraire, la cellule cancéreuse donne naissance à deux cellules qui, toutes deux, sont génératrices, ce qui explique la prolifération cellulaire à croissance géométrique (courbe de Collins : 2-4-8-16…) caractéristique du cancer.

Depuis des décennies donc, Gernez considère qu’une énorme erreur de biologie cellulaire empêche de résoudre une quantité de problèmes, dont celui du cancer, parce que la théorie scientifique de l’époque se trompait grossièrement sur la structure
cellulaire des organes.

Les quatre postulats de Gernez

Nous sommes seulement à la fin des années 40, et Gernez pense encore que les scientifiques vont découvrir l’erreur. Il considère que ce n’est pas à lui de formuler cette théorie, ce n’est pas son métier. Mais le temps passe et point de changement. Cela durera vingt ans. Son amie, le docteur Claudine Escoffier-Lambiotte (responsable du service Santé du quotidien Le Monde et membre co-fondateur de la Fondation pour la recherche médicale) le presse La cancérisation ne procède pas d’une agression, mais au contraire d’un mécanisme supplétif : en cas d’impossibilité à faire face à ses obligations
fonctionnelles, une population cellulaire mobilise des individus cellulaire tarés, des « mutants » qui, dans des conditions normales, sont inviables.
35 NEXUS n°49
mars-avril 2007

Formuler sa théorie révolutionnaire.

Il se donne l’échéance de 1966 : si cette théorie ne sort pas au congrès sur le cancer de Tokyo, il la formulera lui-même. Le congrès se termine sur un constat d’échec. Il écrit do nc, en 1967 son mémoire Néopostulats biologiques et pathogéniques qu’il soumet,
avec son collaborateur le docteur Pierre Delahousse, à l’Académie des sciences, l’Académie de médecine, l’Institut pathologie cellulaire, l’Académie nationale vétérinaire.
Sa théorie unifiée du cancer repose sur quatre concepts fondamentaux :

1) La division cellulaire en une cellule fille et une cellule fonctionnelle
2) La limitation de la masse cellulaire
3) La réserve quiescente
4) Le rôle supplétif des cellules mutantes.

Limitation de la masse cellulaire

Il semble évident que les organes présentent une masse constante. On n’a pas observé d’individu ayant un foie d’une tonne ou des membres de plusieurs mètres. Les fluctuations, dans des conditions normales, restent étroites et ne dépassent pas un maximum qui caractérise l’espèce. Quelle est la raison de cette constance de la masse des organes, qui contraste avec la prolifération sans limites des mêmes cellules dans le cancer ?

Le facteur qui limite la multiplication cellulaire chez l’individu à partir du germe initial et
qui limite la masse, c’est-à-dire le nombre de cellules de chaque organe, est génétique. Il n’y a aucune différence entre le nombre de cellules qui pigmentent la peau d’un Noir nigérien ou celle d’un Blanc finlandais : la différence de pigmentation résulte de l’activité des mélanocytes (cellules épithéliales de l’épiderme). La masse cellulaire, une fois acquise à l’état adulte, ne peut se modifier que dans le sens d’une diminution qui est appauvrissement ou dans le sens d’une augmentation qui est alors une anomalie
tumorale. La cellule génératrice (la seule que nous considérerons puisque la cellule ouvrière est inféconde et a un destin éphémère) peut être altérée dans sa structure de différentes manières : rayonnements ionisants, virus, toxines, etc.

L’action de ces agresseurs se traduit par une diminution du stock, du patrimoine limité de cellules dont l’organisme a été nanti par la nature. Même dans des conditions idéales, sans aucune destruction due à ces agents, le temps, c’est-à-dire le vieillissement, aboutirait au même résultat et au même appauvrissement puisqu’il est établi que chaque cellule souche ne peut se diviser au maximum que soixante-dix fois, selon les travaux du Dr Hayflick, après quoi son pouvoir de division est tari et sa descendance s’arrête.

Soixante-dix mitoses en une vie.

Le Dr Leonard Hayflick a découvert en 1961 que le potentiel de division des cellules humaines, ou « potentiel mitotique intrinsèque », était limité à soixante-dix mitoses.

Les diverses populations cellulaires constitutives de l’organisme utilisent cinquante de ces divisions jusqu’à la maturation adulte de l’organisme. Les vingt divisions restantes
servent au remplacement des cellules usées par le métabolisme. Quand ce potentiel est épuisé, la lignée cellulaire s’éteint. Il s’agit donc de préserver au maximum ces divisions cellulaires, facteur déterminant du vieillissement. La cellule constituant à la fois l’unité physiologique et anatomique de l’organisme, le tarissement du stock cellulaire a pour
conséquence son extinction.

Gernez en déduit qu’à l’évidence, l’extinction de l’organisme, c’est-à- dire la mort, n’est pas le résultat d’une usure due à l’accumulation de déchets, mais d’une obligation
héréditaire qui survient quand les cellules-mères ont épuisé le potentiel de division qu’elles détiennent et deviennent incapables de remplacer les cellules ouvrières qui assurent la fonction des organes et qui meurent à chaque instant.

L’usure, les déchets, les multiples agressions ne font qu’accélérer la survenue d’une fin inéluctable. La mort naturelle survient quand le stock de cellules génératrices, épuisé, n’arrive plus à maintenir en activité un nombre suffisant de cellules fonctionnelles.

Et lorsque c’est une colonie cellulaire vitale qui commence par faire faillite, elle entraîne la mort de l’ensemble des autres, c’est-à-dire de l’individu, parce que l’équilibre interne de l’organisme n’est plus assuré. En raison d’une vision naïvement anthropomorphique, on a admis, il y a presque deux siècles, que la cellule travaillait et procréait, alternativement, comme les êtres humains. En réalité, les cellules qui procréent et celles
qui travaillent ne sont pas les mêmes…
36
CHERCHEUR HÉRÉTIQUE
NEXUS n°49
mars-avril 2007

En même temps qu’il livre ses théories sur le cancer, André Gernez revisite une deuxième erreur doctrinale enseignée depuis plus de soixante ans : l’impossibilité du cerveau à fabriquer de nouvelles cellules nerveuses.

Au début du siècle dernier, en infraction avec la loi de Conheim (1882) selon laquelle « subsistent au sein des tissus adultes des cellules restées au stade embryonnaire et gardant à l’état latent leur pouvoir de prolifération », Santiago Ramon y Cajal (prix Nobel 1906) introduit en biologie une donnée qui devait s’avérer catastrophique :
« Les structures nerveuses sont fixées et immuables à la naissance ; tout peut y mourir, rien n’y peut régénérer ».

Incontestée, nobélisée, érigée en dogme inviolable, l’intrusion de cette donnée dans l’enseignement doctrinal allait faire obstacle pendant un siècle à la solution des problèmes majeurs de la neuropathologie, enlisant sclérose en plaques, schizophrénie, maladie de Charcot, Parkinson, Alzheimer dans des approches pathogéniques inextricables. Gernez et son groupe (Dr Delahousse, Dr Deston, Dr Dumont, Dr Lacaze ) récusent ce dogme en 1970. Ils affirment qu’il existe une reproduction des neurones chez l’adulte, que le dogme de la fixité neuronale est erroné et que l’organogenèse du cerveau n’est non seulement pas achevée à la naissance, mais qu’elle se poursuit plus tard dans l’âge adulte. La population neuronale comporte donc aussi des cellules souches et des cellules spécialisées.

Aujourd’hui, la capacité du cerveau à produire de nouveaux neurones chez l’adulte est
admise et universellement reconnue. Cette erreur de dogme a gravement compromis les recherches sur les pathologies dégénératives comme le cancer, l’athéromatose, la
schizophrénie, la sclérose en plaques, Alzheimer ou Parkinson.

La réserve quiescente

Une cellule souche est une cellule qui reste capable de se diviser tout au long de la vie, assurant le renouvellement des cellules d’un individu. La division d’une cellule souche produit une nouvelle cellule souche (cellule de « réserve ») et une autre cellule qui va s’engager dans un processus de différenciation qui la conduira à remplir une fonction précise ; celle-ci ne se divise pas. Entre chaque division, les cellules souches passent par une période de repos. L’ensemble des cellules qui en sont à cette phase constitue la réserve quiescente (qui se repose). Dans des conditions normales, les groupes de cellules qui constituent l’organisme (nous les appellerons des colonies cellulaires, qui sont au nombre de deux cents) vivent très « en dessous de leurs moyens », c’est-à-dire qu’une faible proportion des cellules souche est en cours de division.

Pour la totalité de l’organisme, environ 3 % des cellules sont simultanément en phase de division. Les autres constituent la réserve quiescente qui est un état dans lequel les cellules sont moins vulnérables aux agressions, autrement dit dans un état de résistance. Quand la réserve quiescente est mobilisée, les cellules entrent dans la phase de division et l’organe où se situe la colonie cellulaire subit une hypertrophie. Mais celle-ci est nécessairement limitée par le nombre même de cellules souches du stock.
Avec le foie, cette manifestation prend un aspect spectaculaire.

Une bombe chez les biologistes

Il est 7 heures du matin, en ce mois de décembre 1968, quand le téléphone sonne… C’est le directeur de l’institut Pasteur, Charles Gernez-Rieux (homonyme), qui convoque André Gernez le jour même. Après lui avoir fait part du jugement positif émis par toutes les institutions scientifiques qu’il représente sur les fondements biologiques exposés dans son mémoire, Charles Gernez-Rieux lui demande de formuler rapidement les développements indispensables.

Le Dr Gernez lui confirme qu’il débouche sur la solution des pathologies dégénératives. C’est une vraie bombe dans les milieux scientifiques. La proposition de corriger un dogme erroné sur le fondement de la biologie cellulaire reçoit l’approbation de plus de trente éminents savants spécialisés. Dans la foulée, André Gernez formule trois mémoires :
La Carcinogénèse, mécanisme et prévention (1969), Le Cancer dynamique et éradication (1969) et Lois et règles de la Cancérisation (1970).
Un protocole de prévention active

Une étude sur la base du protocole de Gernez est lancée en 1969 à l’Institut de Toxicologie de l’université de Paris (service du Pr Truhaut) dans le but de confirmer ou d’infirmer ses propositions théoriques.
On choisit pour le protocole expérimental un cancer incurable, en l’occurrence le cancer primitif du foie. Les expérimentations, dirigées par le docteur J.C. Gak, sont réalisées sous forme codée (c’est-à-dire que les expérimentateurs sont dans l’ignorance, jusqu’au terme des expérimentations, des résultats susceptibles d’être obtenus, de sorte qu’aucune influence consciente ne puisse en entacher la valeur).

Gernez démonte aussi le dogme de la fixité neuronale

37 NEXUS n°49
mars-avril 2007

Les résultats sont positifs. Le docteur Gak annonce à Gernez un taux de réussite de 93 %, les expérimentations confirment totalement les principes et les promesses de la
procédure de prévention.
Ces résultats ne seront jamais rendus publics… Il précise avoir reçu l’instruction de les maintenir secrets ; ils seront même ultérieurement officiellement niés. Et bien oui… aussi invraisemblable que cela puisse paraître, nous allons assister à partir d’un noyau de cancérologues déterminés, à une manœuvre d’occultation et de silence qui va s’étendre progressivement au milieu scientifique, puis gagner la sphère politique.

L’invraisemblable suit l’incroyable : plus un mot sur les travaux de Gernez ! Un clan aussi réduit que puissant décide de garder le silence. Une censure « concertée et maintenue » par un petit clan de cancérologues officiels responsables de l’orientation
de la recherche empêche la sortie de ses travaux. Toutes les tentatives entreprises pour la publication de ceux-ci dans les revues spécialisées ou de vulgarisation sont vouées à l’échec. Une pression s’exerce à tous les niveaux de l’information.

Vous vous dites certainement que cette histoire est invraisemblable, et que « si c’était vrai, ça se saurait »… Et pourtant, les centaines de documents accumulés depuis quarante ans fournissent la preuve flagrante qu’une poignée d’individus vexés,
orgueilleux, tenant entre ses mains la science, a délibérément ostracisé Gernez. Il est incompréhensible que dès 1968, on ne lui ait pas proposé la direction scientifique d’un institut dans son propre pays ! Pas vu à la télé !

Mais n’en restons pas là, car le propos essentiel de ce récit est d’avancer positivement et d’apporter des solutions aux maladies du moment.

Le 4 novembre 1971, le professeur Paul Gellé, président de l’Ordre des Médecins du Nord, lance un appel solennel pour dénoncer le silence orchestré sur les travaux de Gernez. Cet appel, enregistré à la télévision, est interdit d’antenne dans l’heure précédent sa diffusion ! Cependant, adressé simultanément à la presse écrite nationale et internationale, il paraît dans quatorze pays.

Une pression s’exerce à tous les niveaux de l’information pour cacher une révolution scientifique aussi inattendue que gênante. Les murs de la forteresse sont ébranlés et la brèche est profonde ; elle est néanmoins colmatée dans l’urgence et la panique ; les cancérologues-pompiers maîtrisent ’incendie qui s’éteint en six semaines.
La presse se fait l’écho des déclarations du docteur Gernez : « Il réclame un face à face avec les cancérologues ». Pas de réponse, le monde de la cancérologie hiberne. Ce qui n’est pas le cas de tout le monde…

Adopté par les Etats-Unis Au Xe Congrès international du cancer qui se tient à Houston en 1970, les cancérologues français ne présentent pas les travaux du Dr Gernez. Dans la revue Médecine mondiale, ce congrès est décrit comme étant celui du « désespoir et du renoncement » ; les moyens gigantesques engagés durant quatre années aboutissent à une impasse. L’immunothérapie propos ée en 1964 par le Pr Mathé donne des résultats
décevants. Or quelques mois plus tard, le 23 décembre 1971, un mois donc après l’appel du professeur Gellé, le président Nixon annonce : « Nous sommes entrés dans l’ère de la victoire sur le cancer. » Son conseiller, John Rooney, précise même la date de
la victoire sur le cancer : le 4 juillet 1976, date du bicentenaire de l’indépendance américaine…

Le responsable de la lutte anti-cancer américaine, le Pr Lee Clark, annonce de son côté que la courbe de mortalité cancéreuse va s’effondrer dans un premier temps jusqu’à un niveau compris entre 15 et 25 % .

Qu’est-il donc survenu, en quelques mois, pour que la désespérance se transforme en optimisme, le renoncement en une assurance inattendue, la faillite en cri de victoire, et cela chez les plus hauts responsables américains ?
Si l’on étudie le programme de la recherche américaine arrêté en 1971, on s’aperçoit que sept points sur neuf correspondent exactement aux propositions du Dr Gernez, telles qu’il les publia en 1969 dans son ouvrage La Carcinogénèse, mécanisme et prévention…

En France, en toute discrétion …

Pendant ce temps, en France, bien des choses changent à l’insu du public : des reconversions sont pratiquées (Quotidien du médecin 2/4/71), des objectifs de recherche modifiés, des positions scientifiques quittées sur la pointe des pieds, des contrôles expérimentaux restent sans diffusion.
La théorie gernezienne est officialisée dans le bulletin n° 196 de la Ligue nationale française contre le cancer en septembre 1972, par le Pr Marques, directeur du CRAC de Toulouse. Il rend officielles les théories du Dr Gernez sur le mécanisme du cancer, sans
faire référence à son auteur.
Des centaines de documents accumulés depuis quarante ans prouvent qu’une poignée d’individus aux commandes de la recherche ont délibérément ostracisé Gernez.
38
CHERCHEUR HÉRÉTIQUE
NEXUS n°49
mars-avril 2007

Le Pr Mathé, de Villejuif parle de « tentative de synchronisation cellulaire ».

Deux rapports en font l’analyse : l’un paraît dans La Nouvelle Presse médicale n° 26 du 24 juin 1972, et dans le Quotidien du Médecin du 25 mai 1973. Des chercheurs de Villejuif essaient des méthodes de stabilisation des cancers en parlant de « chalone* ». Les résultats sont publiés dans le Quotidien du Médecin, le 3 avril 1973.
En 1973, Charles Geffroy, directeur de La Vie Claire, après consultation à Genève du directeur de la cancérologie de l’OMS, diffuse à un million d’exemplaires un opuscule révélant au public la procédure diététique et médicamenteuse de prévention du docteur Gernez.
Le maire de Florence, où se tient le Congrès international de cancérologie en 1974,
décide de dénoncer dans son discours inaugural, le « mur du silence et de la honte ». Il est destitué trois jours avant le congrès. La brèche faite par la presse italienne dénonçant le scandale est colmatée et sa diffusion par le Politika express en Europe de l’Est fait l’objet d’une intervention diplomatique en Yougoslavie.

Mais revenons à nos expérimentations de l’Inserm qui, comme vous allez le voir, vont monter au plus haut sommet de l’État. Le ministre de la Santé, Michel Poniatowski, requiert de ses services de les rendre publiques. Le Pr J. Ripoche, en charge du dossier,
demande que soient révélés les résultats des expérimentations réalisées de 1969 à 1972, dans le secret, à l’Institut de toxicologie de l’université de Paris. À cet effet, il organise le 13 décembre 1974, à son domicile, une entrevue avec la Direction générale de la santé publique et le chargé de la pharmacovigilance, le Pr Lechat. L’épilogue de
cette réunion est pour le moins surréaliste.
La décision est prise de ne pas rendre publics les résultats de l’Inserm et de ne pas mettre en place le protocole de prévention active de Gernez… La raison invoquée par le directeur général de la santé publique est qu’une application généralisée de cette procédure préventive, en accroissant la longévité moyenne de sept années, rendrait insoluble le problème déjà aigu de l’hébergement des gens âgés dans les maisons de
retraite, ainsi que celui du paiement des retraites !!!
Si la méthode avait été adoptée, elle aurait abouti à une large éradication du cancer. Un effondrement du nombre de cancers aurait provoqué un effondrement du taux de remplissage des cliniques et des hôpitaux et donc beaucoup ne seraient plus rentables.
D’autant que Gernez montrait que sa méthode avait également une action préventive sur l’athérome (infarctus du myocarde). Et oui vous avez bien lu…

Le directeur de la Santé maintient sa décision d’occultation dans une lettre adressée au Dr Gernez le 12 mars 1975. Michel Poniatowski, ministre initiateur de cette décision, est censuré et son successeur niera l’existence de ces expérimentations.
Trente-cinq ans plus tard, la procédure préventive n’a toujours pas été rendue publique. Seul, Alain Poher, président de la République par intérim en 1974 et président du Sénat, persiste. Il reçoit le docteur Gernez et le docteur Delahousse à cinq reprises en deux mois à l’Elysée. Convaincu de mener le dossier à son terme en franchissant un simple obstacle, M. Poher, prend conscience au fil des semaines qu’il constitue un « Everest » insurmontable en France.

Médaillé en Autriche, radié en France

Le 17 juin 1979, le docteur André Gernez reçoit à Salzbourg en Autriche, la médaille Hans Adalbert Schweigart pour ses travaux sur la théorie unifiée du cancer, décerné par l’Union mondiale pour la protection de la vie. Cette institution internationale était dotée d’un conseil scientifique groupant quatre cents savants de cinquante-trois pays, dont quarante prix Nobel. Son président d’honneur était le professeur Linus Pauling
(prix Nobel de Chimie et prix Nobel de la Paix) et son président, le professeur Gunther Schwab. Presque toute la presse française en censure l’information.
En 1990, le docteur Gernez demande sa radiation de l’ordre des médecins. Sa requête prendra effet en 1991. Aujourd’hui, en janvier 2007, André Gernez n’a jamais cessé de travailler. Il poursuit ses réflexions et continue d’écrire aux différentes autorités réputées compétentes.